Rejoignez-nous sur :
Google+ d'Actual Immo . fr actualité immo Facebook d'Actual Immo . fr Blog Défiscalisation Pinterest d'Actual Immo . fr

Faut-il se laisser tenter par le crowdfunding immobilier ?

Mar 11 2018
crowdfunding immobilier

Pour placer leur argent dans l’immobilier physique, les investisseurs ont désormais trois options : acheter un bien immobilier en direct, choisir des produits d’épargne classiques (SCPI et OPCI), ou investir autrement, en passant par le financement participatif : c’est ici qu’intervient le crowdfunding immobilier.

Ce concept assez nouveau donne au grand public accès aux investissements en valeurs mobilières privées et aux rendements qui vont avec. Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses atouts et quels sont les risques pour les épargnants ? Voici ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans l’investissement participatif immobilier.

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

Le crowdfunding immobilier séduit de plus en plus les épargnants français. Depuis ses débuts en 2012, ce type de placement atypique a drainé près de 193 millions d’euros et financé 443 projets immobiliers. Ces trois dernières années, la collecte s’est envolée, franchissant la barre des 100 millions d’euros en 2017, contre 10 millions d’euros en 2014.

Il se décline actuellement sous plusieurs formes : les épargnants, peuvent co-financer un programme immobilier en échange d’une prise de participation, participer au financement des fonds propres d’un marchand de bien, réaliser un investissement locatif à plusieurs, ou encore entrer au capital de sociétés foncières positionnées sur les investissements locatifs.

Pour les promoteurs immobiliers en quête de financement et plus généralement pour tous les porteurs de projet, ce système est une aubaine. En faisant appel aux particuliers, les promoteurs mobilisent moins de fonds propres et conservent leurs capacités de développement. Porteurs de projet et investisseurs sont mis en relation par des plateformes internet dédiées, dont le nombre ne cesse de croître, en réponse à la demande croissante des épargnants. Enfin, l’investissement se fait généralement par l’achat d’obligations.

Une promesse de rendements alléchants mais un investissement à risque

Pourquoi cet engouement ? D’une part, les épargnants cherchent à diversifier leur portefeuille de placements. D’autre part, les perspectives de rendement de l’investissement participatif immobilier font rêver : le taux de rendement annuel atteint 8 à 12%. Ensuite, le ticket d’entrée est très accessible : 500 à 2 000 euros suffisent pour commencer à miser. Enfin, c’est un investissement sur le court terme : la durée de projet va de 12 à 36 mois, avec une moyenne de 15 mois.

Mais attention, ce type de placement n’est pas sans risque. Dans le domaine de la promotion immobilière, des sous-traitants peuvent faire faillite, le budget initial peut déraper, ou encore les biens ne pas trouver preneurs. Avec pour répercussion l’allongement de la durée de l’investissement, une rentabilité moindre, voire même la perte du capital de l’épargnant.

Comment limiter les risques ? Pour effectuer un investissement, mieux vaut bien s’informer et s’assurer de la fiabilité de la plateforme, qui sélectionne les projets en amont, du porteur de projet et du projet lui-même.

Vérifier la fiabilité de la plateforme

Tout d’abord, pour que le risque de perte se limite au montant de la mise initiale, l’investissement doit être réalisé au travers d’une SAS (société anonyme simplifiée).

Ensuite, il faut impérativement que la plateforme soit encadrée sur le plan réglementaire. Sur son site doit être apposé le label “Plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises”. Cela signifie qu’elle est inscrite auprès de l’Orias (organisme pour le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance), sous tutelle du Trésor et régulé par l’AMF, et qu’elle bénéficie du statut de conseiller en investissement participatif (CIP), ou bien qu’elle est agréée par l’ACPR, qui lui confère le statut de prestataire de services d’investissement (PSI).

Ceci validé, peut-on juger les différentes plateformes sur leurs résultats ? Pas toujours. En effet, nombreuses sont celles dont la création est encore récente. Seules une poignée d’entre elles ont à leur actif des opérations menées à terme et le versement des rendements prévus.

Etudier avec soin les projets proposés

Ensuite, étudiez bien les projets qui vous sont proposés, car tous ne se valent pas. C’est un investissement immobilier, qui doit être étudié comme tel, sous toutes les facettes, exactement comme vous le feriez pour acheter un bien en direct.

Renseignez-vous sur la la ville et son économie, l’emplacement du programme, les prix du marché, les perspectives. Assurez-vous enfin que le projet réunit certaines conditions. Analyse de faisabilité, permis de construire obtenu et purgé, financement bancaire, garantie financière d’achèvement et pré-vente d’au moins 30% du programme : tout doit être bouclé avant que vous n’investissiez.

Pour en savoir plus sur crowdfunding immobilier

Envie de partager cet article ? Cliquez sur les boutons ci-dessous !